Accueil > Vie quotidienne
EZDose
Herve Frezza-Buet

Licence

EZDose est gratuit, distribué sous Licence GPL. Le programme est distribué sans aucune garantie sur son fonctionnement.

A quoi ça sert ?

Le cas typique est celui d’une injection journalière d’un médicament coûteux (ex : hormone de croissance). Le médicament se présente sous forme de cartouches, qui contiennent de quoi faire plusieurs injections…. mais le contenu ne correspond pas nécessairement à un nombre exact de doses journalières. L’idée est alors de proposer au patient des doses journalières qui s’approchent de la posologie idéale, tout en évitant de gaspiller le médicament en jetant des restes de cartouches, et en évitant également de piquer deux fois le patient le même jour pour des raisons de confort.

Votre médecin doit valider la proposition faite par le logiciel

Installation et lancement de EZDose

Il n’y a pas vraiment d’installation à faire. Vous devez disposer de java sur votre ordinateur. Téléchargez le fichier EZDose.jar quelque part sur votre disque dur. Exécutez-le avec la machine java (cliquez dessus directement, ou alors avec le bouton droit puis choisissez l’option ouvrir avec java). Vous devez voir apparaître ceci.

Que calcule EZDose ?

Il est nécessaire de bien comprendre ce que calcule EZDose pour bien s’en servir.

L’idée est de se baser sur une référence, qui correspond au dosage idéal. Pour ce faire, chaque jour, on détermine la valeur cumulée de toutes les doses que le patient devrait avoir reçues depuis le début du traitement. C’est ce qu’on appellera le total dû. Le total dû au bout de 15 jours, par exemple, est tout simplement 15 fois la dose journalière.

Une deuxième notion utile est le total injecté au patient. Il s’agit, pour chaque jour, de la somme des injections qu’il a effectivement prises au cours du traitement.

Chaque jour, on peut déterminer la valeur total dû – total injecté (en valeur absolue), qui est l’écart de posologie jusqu’à ce jour, entre le traitement donné et le traitement idéal. L’idée est bien sûr de ramener cet écart à 0 aussi souvent que possible.

Le logiciel calcule les doses journalières qui minimisent la somme des écarts de posologie journaliers, somme considérée sur tous les jours du traitement. On appellera cette somme l’erreur de posologie. Mais cela ne suffit pas, il faut compter le fait qu’on ne souhaite pas gaspiller (donc jeter) le médicament. Jeter a donc un coût, et ce que minimise le logiciel est en fait la somme des coûts de gaspillage sur tout le traitement à laquelle on ajoute encore l’erreur de posologie. Ce total, minimisé par EZDose donc, est appelé coût du traitement.

En fait, chaque jour, l’ordinateur doit proposer une dose. Il a le choix entre deux actions :

  • DoseMaximale
    • Il s’agit de donner une dose maximale déterminée à l’avance par le médecin, supérieure à la dose journalière normale.
  • Ajuste
    • Il s’agit de donner la dose qui permet de réduire l’écart de posologie. Si cette dose dépasse la dose maximale, c’est la dose maximale qui est donnée (et l’écart n’est pas rattrapé). Si cette dose est en deçà d’une dose minimale que l’on aura déterminée, on donne la dose minimale.

Si un jour aucune de ces deux actions n’est possible, on jette le produit et on commence une nouvelle cartouche. Ce que calcule le programme, c’est la suite d’action (DoseMaximale ou Ajuste) à faire chaque jour pour minimiser le coût du traitement.

Exemple d’utilisation

Une fois que la fenêtre apparaît, il faut renseigner le formulaire, puis cliquer sur Générer l’échéancier. Le logiciel vous demande alors de choisir un emplacement pour les fichiers qu’il va générer. A cet endroit, il génère un fichier dose1.html, parce que l’on a saisi dose1 comme nom de fichier, et aussi, accessoirement, un fichier EZDose.css. Ouvrez le fichier dose1.html avec votre navigateur internet (Firefox, Safari, Internet Explorer, …), et imprimez la page.

Attention : Pour que les couleurs apparaissent sur le fichier imprimé, il faut sur certains navigateurs autoriser l’impression des images d’arrière plan, dans les options de configuration d’impression.

Par exemple, la configuration ci-dessous, que nous allons commenter, donne ce résultat. Les couleurs jaunes et vertes alternées correspondent aux différentes cartouches utilisées. Le patient regarde la colonne Dose, s’injecte la dose, et peut par exemple rayer le jour une fois la dose prise.

  • Configuration
    • Il s’agit des valeurs dont nous avons parlé.
  • Premier jour
    • Il s’agit des paramètres liés au premier jour. Cela permet par exemple de générer un fichier qui est la continuation d’un fichier déjà commencé (voir paragraphe suivant). On y trouve :
      • Ce qu’il y a dans la cartouche au moment de l’injection du premier jour (on peut commencer par une cartouche entamée).
      • Le total dû de la veille. On met 0 si on commence vraiment le traitement.
      • Le total injecté de la veille. On met 0 si on commence vraiment le traitement.
      • On précise quel est le premier jour du traitement.
      • On précise au bout de combien de jours survient la première pause.
  • Optimiseur
    • L’optimiseur fonctionne cartouche par cartouche. Il simulera le nombre de cartouches précisé. Pour simuler l’utilisation de chaque cartouche, il se projette dans le futur sur un nombre de jours à préciser (nombre de prises anticipées). Plus ce nombre est grand, meilleure est l’optimisation, mais le temps de calcul peut devenir très vite rédhibitoire.
    • Enfin, le Coût de gaspillage d’une unité correspond au coup de l’action de jeter du produit. C’est un paramètre important. En effet, si ce coût est trop élevé, l’optimisation consistera à ne rien jeter, quitte à administrer n’importe quoi au patient. S’il est trop faible, l’optimisation aura le gaspillage facile. Il faut regarder le tableau généré et tâtonner un peu pour régler ce paramètre.

Exemple de continuation d’un tableau

Reprenons le tableau généré précédemment, c’est-à-dire celui-ci. Supposons qu’on veuille générer un nouveau tableau, qui démarre le 6 avril 2011. Je configure le système comme suit, en reportant les informations du 5 avril (pastilles vertes sur l’image ci-dessous), et en précisant le contenu disponible au moment de l’injection du 6 avril (pastille rouge) :

Ce qui donne ce nouveau tableau.